chevaux-images

Parier sur Betclic Turf

Parier sur GenyBet

Parier sur LeTurf

Paris sportifs

Trotteur Français
Le trotteur français PDF Imprimer Envoyer

Pour comprendre les courses au trot : ici

Morphologiquement, le Trotteur Français est un animal puissant qui présente une caractéristique unique au monde pour un trotteur, celle de pouvoir aussi bien courir à l’attelé qu’au monté. Dans cette dernière spécialité, il peut porter un cavalier susceptible de peser parfois 75 kg et de courir sur des distances allant de 1 609 m à 4 150 m. Bien qu’il puisse exister une différence physique assez importante entre certains adeptes du monté et d’autres de l’attelé, le Trotteur Français toise entre 1,60 et 1,70 m au garrot, parfois un peu plus. Cette taille est donc supérieure à la moyenne des autres races. Sa robe est généralement alezane, baie, bai brun ou bai brun foncé. Il peut posséder des marques blan-ches comme les balzanes, étoiles, etc. Il n’existe pas – ou très rarement - de trotteurs gris, comme c’est le cas chez le Standardbred ou l’Orlov. Sa tête, au profil rectiligne ou légèrement busqué, est bien attachée ; elle possède un front large, des oreilles longues et écartées, des naseaux ouverts et des yeux vifs qui rappellent ceux du Pur-Sang. Ses épaules sont musclées ; ses reins sont bien développés avec une croupe longue et large, légèrement oblique ; ses cuisses sont puissantes avec des jambes longues et très dures. Sa longévité en matière sportive est proverbiale. Non seulement il sait se montrer précoce et courir dès l’âge de deux ans, mais il est capable de montrer une vitalité peu commune en compétition à dix ans ou plus, comme dans certains pays, pourvu qu’il ait été exploité convenablement.
Origines
Le Trotteur Français est une des quatre races de trotteurs existant actuellement dans le monde. Il a été conçu et créé au début du XIXè siècle pour servir de cheval de service aux transports et surtout à l’armée. Génétiquement, il résulte de nombreux croisements effectués tout au long du XIXè siècle. A partir des années 1830, et à l’instigation d’un officier des Haras Nationaux, Ephrem Houël, les éleveurs normands croisèrent des juments indigènes avec des étalons pur-sang anglais ou arabes. Devant les résultats décevants obtenus, ils importèrent d’Angleterre dans les années 1840-1860 des demi-sang, notamment des Norfolk, une race de trotteurs aujourd’hui disparue. Le cheval ainsi créé fut ensuite croisé avec des Orlov importés de Russie entre 1860 et 1900 et des Standardbred venus des Etats-Unis. Le Trotteur Français actuel n’a donc vraiment vu le jour qu’au début des années 1900. C’est en 1907 que Louis Cauchois fit paraître le premier tome du stud-book Trotteur Français. Trente ans plus tard, en 1937, ce stud-book devait être fermé. Sur une période très courte, quelques améliorateurs Standardbred purent être utilisés selon des règles très précises émises par les autorités tenancières de ce stud-book. On privilégia tout d’abord les courses au trot monté ainsi que les longues distances. Ceci fit du Trotteur Français un animal solide. Au sortir de la Première Guerre mondiale, les impératifs militaires et le goût du public ayant changé, le trot attelé devint peu à peu la discipline prédominante et les chevaux gagnèrent en vélocité (1er Prix d’Amérique en 1920 gagné par Pro Patria). L’amélioration constante de l’élevage français fit qu’à partir des années 1950, il devint une véritable pépinière de champions (Gélinotte, Jamin, Roquépine, Une de Mai, Bellino II, Idéal du Gazeau, Ourasi, Cocktail Jet, Général du Pommeau, Jag de Bellouet) et le seul à pouvoir rivaliser avec son homologue américain. Fait exceptionnel, le Trotteur Français est devenu un cheval apte à se mesurer tant sur les 1 609 m que sur les 4 150 m (Prix de Paris).
 Les courses
 En France, le Trotteur Français peut commencer sa carrière à deux ans et la terminer à la fin de sa dixième année. Néanmoins, afin d’aider à la sélection des futurs reproducteurs, le programme classique ne se déroule vraiment que de trois à cinq ans. Il est établi d’une manière rationnelle et absolument identique à l’attelé et au monté. Les épreuves sont richement dotées et préparées par toute une série de courses d’élevage de Groupe I puis de Groupe II également fort bien dotées. Le programme est naturellement interdit aux hongres. Les principales épreuves sont, pour les trois ans : Critérium des jeunes et Critérium des 3 ans pour l’attelé ; Prix d’Essai et Prix de Vincennes pour le monté. Pour les quatre ans : Critérium des 4 ans à l’attelé et Prix du Prix du Président de la République au monté. Pour les cinq ans : Critérium des 5 ans à l’attelé et Prix de Normandie au monté.
 L'élevage
Aujourd’hui, avec près de 11 000 naissances par an, l’élevage du Trotteur Français est le plus important d’Europe. Bien qu’il soit élevé dans toute la France, les grandes zones d’élevage du Trotteur Français restent enco-re implantées dans l’Ouest du pays (Normandie, Mayenne et Bretagne). Les éleveurs français ont le choix entre les services d’étalons des haras privés (un peu plus de 500) ou ceux des Haras Nationaux (environ 30). Ces derniers sont répartis sur l’ensemble du territoire. Leurs meilleurs étalons sont déplacés chaque année en principe de noria. Par leurs achats judicieux, leurs prix de saillie accessibles, ils ont fortement contribués aux développements des petits éleveurs. L’élevage français est soutenu par 8 000 éleveurs faisant saillir environ 16 000 juments poulinières par an. La grande majorité ne possède qu’une poulinière, une soixantaine d’élevages seulement plus de 15. Le stud-book du Trotteur Français régit l’élevage. Il se présente comme un véritable livre de sélection avec des règles strictes et non pas comme un simple livre d’enregistrement des équidés. C’est vers l’âge d’un an ou de dix-huit mois que les éleveurs vendent leurs produits. La plupart le font dans des transactions privées, mais d’autres choisissent les ventes aux enchères publiques. Les éleveurs étrangers de Trotteur Français touchent les mêmes primes que leurs homologues français, lorsqu’un produit de leur élevage se distingue sur les pistes françaises ou dans des courses de Groupe I à travers le monde. En 2004, les éleveurs de Trotteur Français ont reçu 24 951 826 €. Les ventes aux enchères de yearlings trotteurs sont les plus importantes d’Europe. Elles se déroulent généralement à Vincennes, Deauville, Caen et dans certaines villes de province. Elles se tiennent de la fin juin au début octobre. 1 000 yearlings environ sont ainsi vendus dans une fourchette de prix allant de mille cinq cent à deux cent mille euros. Le Trotteur Français est, après le Standarbred, la race de trotteurs la plus répandue dans le monde. En 2005, son élevage est pratiqué dans huit pays de manière officielle avec une inscription au stud-book du Trotteur Français: France, Belgique, Suisse, Malte, Espagne, Canada (Province du Québec), Pologne, Ukraine.
Des hommes
Il est organisé en France environ 10 500 courses par an sur 234 hippodromes différents, ce qui nécessite une infrastructure et une présence humaine considérable. Les 15 000 trotteurs courant en moyenne sont encadrés par plus de 1 800 entraîneurs, 2 400 drivers, jockeys, lads ou apprentis auxquels il convient d’ajouter 1 000 amateurs. Depuis cinquante ans, la France est la nation européenne ayant produit le plus de champions. Le Trotteur Français s’est imposé sur toutes les pistes européennes, mais également aux Etats-Unis où il a battu les meilleurs Standardbred sur leur propres pistes, notamment Nevele Pride et Mack Lobell. Ces champions sont fort nombreux. Nous n’en rappellerons que quelques-uns. Double lauréate du Prix d’Amérique et de l’Elitloppet et entraînée par Charley Mills, Gélinotte domina le trot européen durant trois ans. Managé par Jean Riaud, Jamin fut le premier Trotteur Français à aller battre les Américains chez eux. Lui aussi enleva deux Prix d’Amérique. Courant sous les couleurs presti-gieuses de Henri Levesque, Roquépine ne s’adjugea pas seulement deux Prix d’Amérique et deux Elitloppet, mais elle battit à deux reprises les meilleurs Standardbred dans l’International Trot aux Etats-Unis. Drivée par Jean-René Gougeon, Une de Mai gagna les plus grandes courses européennes avant d’aller triompher par deux fois dans l’International Trot. Elle y défit notamment le fameux crack américain Nevele Pride.
Source des informations : Le Cheval Français
Le prix d'Amérique
Le Prix d'Amérique est une course hippique de trot attelé se déroulant le dernier dimanche de janvier sur l'hippodrome de Vincennes. Il est considéré comme le championnat du monde du trot attelé. C'est une course de Groupe I internationale réservée aux chevaux de 4 à 10 ans, hongres exclus, ayant gagné au moins 160 000 € (dont 31 000 € à l'attelé dans l'année précédente — conditions 2009). Les vainqueurs du Critérium Continental et du Prix Ténor de Baune sont qualifiés d'office. Les chevaux classés aux quatre premières places des courses préparatoires (les 4 "B": Prix de Bretagne , Prix du Bourbonnais, Prix de Bourgogne et Prix de Belgique) sont quant à eux prioritaires, suivant un barème de points. L'édition 2009 est dotée de 1 000 000 €, dont la moitié, à laquelle est ajouté 50% des entrées, pour le vainqueur. Le Prix d'Amérique se court sur 2 700 mètres, soit un tour et 525 mètres de la grande piste de Vincennes, départ volté. La piste est barrée par des rayons lumineux qui matérialisent la ligne de départ. Le compte à rebours est fait à partir de sept secondes puis indiqué chaque seconde. Les chevaux s'engagent sur la piste de façon perpendiculaire, puis effectuent une volte vers la gauche pour s'élancer. Si un cheval traverse le faisceau laser trop tôt, c'est un faux-départ. La première édition (1920) se court sur 2 500 mètres. En 1930, on passe à 2 625 mètres avec des variations de plus ou moins 50 mètres jusqu'à la guerre. À la Libération, l'épreuve se court sur 2 850 mètres (1945), puis sur 2 800 mètres (1946 et 1947). On revient à 2 600 mètres entre 1948 et 1984. Le Prix passe à 2 650 mètres entre 1985 et 1993, puis à 2 700 mètres depuis 1994.

 hippodrome de vincennes

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 

Parier sur PMU.fr

Parier sur Zeturf

France Pari Turf

Paris sportifs

Devenir turfiste

Copyright © 2017 Parier sur les chevaux, un bon placement. All rights reserved.
Created by ISA

Crawltrack

CrawlTrack: free crawlers and spiders tracking script for webmaster- SEO script -script gratuit de statistiques des visites des robots pour webmaster